L'histoire du FCNantes. Saison 92/93 suite. (50ème partie).................................................... La cinquième finale de coupe de France perdue.

 
0
 


__ http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/501904.png http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/josé_arribas.png http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/jean_vincent.jpg http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/jean_claude_suaudeau.jpg http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/raynald_denoueix.jpg http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/michel_der_zakarian.jpg http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/Stade_de_la_Beaujoire.jpg http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/501904.png __
_________________________________________________________________________________________________________


A l'orée de cette saison, on aurait surtout d'abord cru à plus mauvaises conclusions qu'une 5ème place en championnat et une finale de coupe de France fusse t'elle perdue.

C'est au mois de mars que le FCNantes Atlantique entre en lice de la Coupe de France. Le tirage au sort se montre clément puisqu'il hérite en trente-deuxième de Bourg Péronnas modeste club Rhône-alpin de D H (D 5). Mais le petit poucet a de la ressource et ne s'inclinera 4/2 après les prolongations.

En seizièmes le Stade Ruthénois (Rodez) (D 2), tombe lourdement 9/1 dans la Beaujoire. Hors du coup désormais pour le podium en championnat, les jeunes joueurs de Coco Suaudeau commencent à croire en leur chance dans la Coupe de France et arrêtent de se raser tant qu’ils demeurent en course.

En huitième le GFC Ajaccio (D 2), s'incline 1/0 en Loire Atlantique.

Le Montpellier HCS résiste aux joueurs de Suaudeau 1/1 avant de déposer les armes aux tirs aux buts 5/4 en quart de finale.


Le 6 juin 1993, la classe biberon du FCNantes va se qualifier pour sa finale en s'imposant 1/0 à Geffroy Guichard chez l'adversaire honni de l'AS Saint Etienne. Après avoir éliminé successivement Evry (D3), Epinal (D2), Pau (D3) et surtout l'OM en quarts, les Verts déçus d'avoir manqué d'un rien la qualification européenne via le championnat, reportent tous leurs espoirs sur ce match contre les Canaris pour espérer jouer l'Europe en cas de victoire.
Les nantais ont eu les meilleures occasions, Bell a été sauvé par sa transversale sur une tête de Ouédec, et N'Doram a oublié Makélélé seul pour tenter sa chance timidement.


Mais à la 81ème, N'Doram s'enfonce dans l'axe, lance Ouédec. La frappe de l'avant-centre nantais au ras du poteau ne laisse aucune chance à Joseph-Antoine Bell.

http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/ASSE_Nantes_1993.jpg


Les Verts sont éliminés de la Coupe de France. Ils ne le savent pas encore mais ils viennent de vivre leurs derniers instants dans la lumière. L'enfer va bientôt les rattraper...
En effet quelques heures avant ce match, Jean-Michel Larqué a transformé l'émission dominicale "Téléfoot" en règlement de compte ou plutôt en procès en critiquant de façon virulente le bilan du président André Laurent. Une attitude qui lui vaudra les reproches du directeur des sports de TF1, Jean-Claude Dassier. A la suite de cette défaite et de ce Téléfoot de sinistre mémoire, le président André Laurent démissionne le 10 juin et est remplacé par Yves Guichard et ... Jean-Michel Larqué qui prendront les commandes du club pour un bilan désastreux.
L'ASSE n'avait alors pas atteint une finale de la Coupe de France depuis 11 ans et sa défaite face au PSG en 1982. Elle n'y est toujours pas parvenue depuis...

C'est encore à l'extérieur que les Canaris vont disputer la finale. En effet le Paris Saint Germain est l'adversaire finaliste qui à l'avantage de jouer cette finale sur sa pelouse dans sa corbeille du Parc des Princes. Par contre, même défaits les Canaris sont assurés de jouer la coupe des Coupes puisque les franciliens sont assurés de jouer la coupe d'Europe avec leur seconde place de championnat.

Compositions des équipes:

Paris Saint-Germain FC:
1 Bernard Lama - 6 Antoine Kombouaré, 4 Ricardo, 5 Alain Roche, 3 Patrick Colleter - , 13 Laurent Fournier, 7 Daniel Bravo (10 Valdo 66'), 15 Paul Le Guen , 8 Vincent Guérin (14 François Calderaro 81') - 9 George Weah,11 David Ginola.
Entraîneur : Artur Jorge

FC Nantes:
1 David Marraud - 6 Serge Le Dizet, 3 Laurent Guyot, 4 Zoran Vulić, 2 Christian Karembeu - 7 Claude Makélélé, 5 Jean-Michel Ferri, 8 Reynald Pedros, 10 Stéphane Ziani ( 13 Stéphane Moreau 63') - 9 Patrice Loko ( 14 Jean-Louis Lima 71'), 11 Nicolas Ouédec.
Entraîneur : Jean-Claude Suaudeau


Nantes c'est la vitesse et l'inspiration, mais ses moyens du jour ne sont pas suffisants. En première mi-temps, l’équipe de Suaudeau s’est même cantonnée devant son but, terrible aveu d’impuissance pour une équipe d’habitude si entreprenante.
A l’opposé, les Parisiens se jettent sur les ballons comme des affamés, ils jouent méthodiquement leur jeu, démontrant leur puissance, leur organisation et leur métier aussi. Paris a acquis une nouvelle dimension collective, une organisation de jeu, une efficacité de regroupement et de récupération tout terrain de premier plan.

La mi-temps est presque un soulagement pour la jeune équipe de Nantes qui espère ainsi se remettre les idées en place. Le début de la seconde sera pourtant un cauchemar.

Fournier qui a récupéré un ballon à 30 m s’enfonce dans l’arrière-garde jaune. Karembeu est à ses basques. La mort aux trousses. Le néo-calédonien dont Suaudeau affirmait le matin même dans Libération « que les évènements n’avaient pas de prise sur lui » va déséquilibrer légèrement le Parisien. Penalty, décide l’arbitre M. Harrel. Ni juste, ni injuste, mais complètement inutile dans une finale… Mais Karembeu le calédonien va « pêter les plombs ». Il bouscule l’homme en noir et "voit rouge". La finale est déjà presque finie. Son « grand-frère calédonien » Antoine Kombouaré (formé au FCNantes), frappe de l’intérieur et trompe Marraud à la 49ème.


Antoine Kombouaré l'ex nantais face à Raynald Pedros la nouvelle vague:

http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/Coupe-de-France-1993-Kombouare_diaporama.jpg

Nantes n’est pas dans son assiette, Paris bien à son travail. Il saura surtout exploiter tous les coups de pied arrêtés. Son arme favorite. A la cinquante-cinquième minute, une légère faute de Makelele sur Bravo donne une opportunité au PSG. Ginola et Roche sont près du ballon. Ginola enveloppe un modèle de frappe qui va flirter avec le petit filet. Marraud, un peu long à la défense, est battu. Paris est aux anges. Alain Roche enterrera les dernières illusions juste avant l'heure de jeu devant 48 789 spectateurs.
Le capitaine du Paris Saint Germain, Paul Le Guen transfuge du FCNantes (vendu pour payer les dettes de Bouyer), peut lever le trophée, l'expérience a prévalu devant la jeunesse.


Paul Le Guen transfuge du FCNantes capitaine victorieux du PSG.

http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/93LeGuen.jpg


Le PSG vainqueur de la coupe de France 93.

http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/93CoupePSG.jpg


 
Suggestions