La journée 12 saison 2017/2018 de la Ligue 1 en bref. (partie 6).

Stade Rennais

 
1
 


http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/Rennes.pngLa vraie folle semaine du Stade de Rennes, ou un énorme gâchis.http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/Bordeaux.png


But pour le Stade de Rennes:

http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/b5bfd7f5b7504884a26866f180414bfa.jpg: 12': Jérémy TOULALAN (csc)


Pas sur du tout que Jocelyn Gourvenec l'entraineur des Girondins de Bordeaux amateur de beau jeu, ait apprécié les 5 cartons jaunes http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/568t6-carton_jaune.png mérités, distribués à ses joueurs lors de leur rencontre face au stade Rennes au ROAZHON PARK dont 4 en seconde période.
En effet Ruddy Buquet l'arbitre a montré le petit rectangle jaune à la 41': OTAVIO, 47': François KAMANO, 68': Nicolas DE PREVILLE, 70': Vukasin JOVANOVIC et 90': Younousse SANKHARE.

Il ne se consolera pas non plus de la défaite pas si illogique que ça de ses ouailles puisque elle a été entériné par un but malheureux contre son camp de son capitaine Jérémy Toulalan venu couper un corner à son premier poteau. La pilule de cette défaite pour son retour en terre bretonne ou il a joué de 91 à 95 sera dure à avaler puisqu'elle est entérinée par un des siens.

Il ne retrouvera pas le sourire après cette nouvelle déconvenue en se remémorant la défaite de son équipe (2/1) au Matmut Atlantique face à Monaco, l'autre (0/1) à Amiens, le point du nul fâcheux (1/1) lors du derby de l'Atlantique face aux Nantais, la piquette 6/2 dans la corbeille face à la grande armada parisienne. Le tout succédant à une belle victoire 3/1 devant ses anciens élèves Guingampais qui lui avaient peut être déroulé un peu trop le tapi rouge pour fêter les retrouvailles. C'était le 22 septembre, lors de la journée 7 et cette victoire commence à dater, pour une formation présentée comme un candidat en puissance d'un top 5.


Le Stade Rennes auteur d'un début de saison calamiteux et inquiétant "six points pris lors des neuf premiers matches" qui l'avait placé déjà parmi les candidats à une relégation (comme si au bout de 6 rencontres la saison était terminée), aligne son 3eme succès consécutif qui le relance à la 10eme place. Sans vouloir le dédouaner, il faut bien reconnaître que le club breton n'est pas verni et possède une cascade de blessures peu courante.
Pour ce match par exemple Christian Gourcuff devait déjà faire sans neuf joueurs, tous à l'infirmerie, dont Sarr, Prcic et Amalfitano. La rencontre n'a pas arrangé ses affaires puisque l'entraîneur rennais a vu sortir les trois quarts de sa défense. Sur un débordement à la 39e minute, Ludovic Baal a stoppé sa course, visiblement victime d'un claquage. À la mi-temps, le défenseur central Ramy Bensebaini n'a pas pu continuer, souffrant de la cheville. L'international algérien est revenu sur le banc avec des béquilles. Et quelques secondes après le retour des vestiaires, Hamari Traoré a subi une dangereuse semelle de François Kamano sur sa cheville droite. Ajoutez quelques décisions arbitrales défavorables et vous vous retrouvez devant un abîme pour composer une équipe chevronnée et vous en êtes réduit à bricoler avec des jeunes de qualité mais inexpérimentés.

René Ruello le président du club, ne savourera pas l'embellie après la tempête, il a annoncé sa démission (forcée?) à l'issue de la rencontre. Homme droit, il s'efface discrètement en manifestant son soutien à Christian Gourcuff...

Les bâtisseurs du projet Breton du Stade Rennes inachevé (à gauche R. RUELLO, et C. GOURCUFF).


http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/17b769b237563973dc168239769ebb696809f4d2.jpg


Le clan Pinault argentier majoritaire du club à en effet bouleversé en catimini tout son organigramme, dans un contexte nébuleux particulièrement obscure.
Le président a appris dans la semaine, par voie de presse la venue d'Olivier Létang (à droite sur la photo ci dessous avec Jacques Delanoë), auparavant directeur sportif du Paris Saint-Germain pour lui succéder.

http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/delanoe_et_deletang-3347749.jpg


Jacques Delanoë à droite avec François-Henri Pinault fils de l'actionnaire unique (sur la photo ci dessous), bon connaisseur du tissu économique local, publicitaire, né à Rennes, proche de François-Henri Pinault, membre du conseil d'administration du club depuis 2011 en devient le président à la place de René Ruello au titre de président non exécutif.

http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/stade-rennais-c-etait-ecrit-pour-jacques-delanoe.jpg


Quelques jours plus tard, le coach est reçu par son nouveau président, pour se voir signifier son licenciement. "Des déclarations qui avaient été faites me faisaient m’interroger sur la volonté d’une collaboration commune." déclare le nouvel homme fort.
Dans la foulée, il annonce la venue de Sabri Lamouchi (à droite sur la photo ci dessous avec son nouveau boss lors de sa présentation) pour succéder à l'ex Lorientais en déclarant. « On a eu un nombre d’échanges très important. Il a une expérience très importante comme joueur. Il a gagné des titres en France, eu une carrière à l’internationale. Ce qui était important pour moi. »

http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/195f5a2835f325a2eef863c28f7cb14c_L.jpg

_______________________________________________________________________________________________________

On en déduira que la famille Pinault va peut être désormais enfin doter son club de moyens indispensables pour s'élever?
Et que le projet d'un grand club Breton pensé par le tandem Ruello-Gourcuff qui commençait à prendre forme, a déjà vécu.

_______________________________________________________________________________________________________
 
Suggestions