La journée 12 saison 2017/2018 de la Ligue 1 en bref. (partie 9).

Lilles

 
1
 


http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/Metz.png Bielsa respire, Hantz transpire. http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/Lille.png


Football Club Metz 0-0 Lille Olympique Sporting Club

Buts pour LOSC:

http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/b5bfd7f5b7504884a26866f180414bfa.jpg: 45' +2: Nicolas PEPE (Pén)
http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/b5bfd7f5b7504884a26866f180414bfa.jpg: 67': Farès BAHLOULI
http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/b5bfd7f5b7504884a26866f180414bfa.jpg: 87': Nicolas PEPE


Le LOSC de Marcelo Bielsa s’est imposé 3-0 sur le terrain de la lanterne rouge dans le match de la peur et se donne un peu d’air avant la trêve internationale. Il s'agit de sa seconde victoire depuis le début de la saison.

Les Dogues peuvent néanmoins remercier Mike Maignan leur gardien du temple. En effet, le score est trompeur car s'ils ont globalement dominé la seconde période, ils ont beaucoup souffert avant la pause, concédant de nombreuses occasions chaudes. En conséquence, Mike Maignan s’est illustré, repoussant plusieurs frappes adverses (10e, 26e, 40e). Son face à face avec Nolan Roux restera l’un des moments clés de la rencontre (41e). Un très gros match de celui qui fût un grand espoir du PSG en intégrant toutes les équipes de jeunes de l'équipe de France pendant sa formation avant de rejoindre le LOSC il y a 3 saisons.

Nicolas Pépé n'avait pas marqué en Ligue 1 depuis janvier (avec Angers). Il a brillamment remis les pendules à l’heure en signant un doublé à Saint-Symphorien (45+2e, 87e). Sur son premier but, il obtient le penalty et se fait justice lui-même, avant de profiter d’une perte de balle de Geronimo Poblete avant la fin du match. Dans l’axe en première mi-temps, à droite en seconde, il a assuré.

Thiago Mendes confirme, car il s’est vraiment affirmé comme le leader technique de son équipe lors de cette rencontre. Très actif au cœur du jeu avec 76 ballons touchés (meilleur total du match), le Brésilien est monté en puissance à l’image de son équipe. Au bout du compte, il a réussi 91,4% de ses passes. Il a aussi tiré deux fois au but (autant que Pepe, ndlr).

Cette victoire à Metz, bon dernier, avant la trêve (3-0) va permettre au LOSC de passer une trêve relativement calme. Mais la tempête n'est pas loin. Lille est 19e, relégable, et (très) loin de ses ambitions initiales. Et si des bruits avaient fait état d'un possible renvoi de Marcelo Bielsa en cas de contre-performance en Lorraine, El Loco va être encore sous pression dans les prochains jours. On va en effet vite savoir, dès vendredi, avec la réception d'un Saint-Étienne qui reste sur une humiliation face à l'OL, avec Julien Sablé entraineur à la place de Garcia démissionnaire, puis le lundi suivant, à Amiens, pour le match à rejouer de la 8e journée. Si Lille ne cumule pas au moins quatre points sur ces deux rendez-vous, qui sait ce qu'il pourrait décidé. En sachant que, derrière, les Nordistes devront se déplacer au Parc OL (15e j.) et au Parc des Princes (17e j.)...



Pour la première sur le banc messin, l'entraineur Frédéric Hantz a préféré Thomas Didillon à Eiji Kawashima dans les buts.
Avec un seul arrêt décisif sur une frappe croisée d’Ezequiel Ponce (56e), le Grenat n’a pas eu le rendement espéré. Pas aidé par sa défense, fébrile, il est allé chercher le ballon à trois reprises au fond des filets. Le malheur est ailleurs...
Les messins ont raté de nombreuses occasions franches, et laissé passer leur chance face à des Dogues largement prenables. Nguette (10e), Dossevi (26e), Niakhaté (40e) et Roux (41e) ont, entre autres, eu l’opportunité de tromper Mike Maignan. Mais si l’ancien Parisien était surpuissant, eux n'ont pas été suffisamment appliqués.



Les chiffres sont terribles : 12 journées, trois points, une seule petite victoire, 11 défaites, plus mauvaise attaque (5), la pire défense (24): il y a huit ans que la Ligue 1 n'avait pas connu un départ aussi catastrophique de l'un de ses membres. Il faut en effet remonter à la saison 2009/10 pour voir un bilan encore plus mauvais après 12 journées avec Grenoble et son zéro pointé. Pour la petite histoire, le GF 38 comptait exactement le même nombre de buts marqués et encaissés que le FC Metz aujourd'hui. Avec, au final, une relégation inéluctable pour les Isérois.

Les Grenats vont-ils subir le même sort ? Il faut espérer que la trêve internationale a pu profiter à Frédéric Hantz, nouvel entraîneur. Désormais c'est un peu maintenant ou jamais. Sur les sept journées avant les vacances de Noël, les Messins vont rencontrer six équipes classées au-delà de la 10e place. Dont deux rencontres de la mort à Saint-Symphorien face à Amiens (14e j.) et Strasbourg (19e j.). De là à transformer l'opération remontada, il n'y a pas rien qu'un pied de nez à réussir!
__________________________________________________________________________________________________________
 
Suggestions