La journée 8 saison 2017/2018 de la Ligue 1 en bref. (partie 4).

FCNantes.

 
1
 


http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/FC_Nantes.pngAvec seulement 6 buts marqués en 8 matches, le FC Nantes est au pied du podium.http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/Metz.png

But pour le FC Nantes:
http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/b5bfd7f5b7504884a26866f180414bfa.jpg 3': Emiliano Sala.

Raniéri retrouve Diego Carlos, Djidji et Rongier pour son 11 de départ suivant.
Ciprian TATARUSANU, DIEGO CARLOS, Koffi DJIDJI, LIMA, (c) Léo DUBOIS puis (73') Najib GANDI, Adrien THOMASSON, Abdoulaye TOURE,
Valentin RONGIER puis (82') Andrei GIROTTO, Emiliano SALA, Yassine EL GHANASSY puis(63') Chidozie AWAZIEM, Préjuce NAKOULMA.
____________


Le FC Nantes poursuit sa belle série en la portant à 4 consécutives qui aurait pu être de 5 sans le match nul 0/0 face à Lyon dans sa Beaujoire. Il a repris sa bonne habitude du tarif victorieux habituel favori du 1/0, le succès 2/1 à Strasbourg n'étant que l'exception de la règle.
Un succès minimaliste qui rapporte gros puisqu'il propulse les Canaris à une 4e place suite à la rouste des Bordelais à Paris puis les déboires des frères ennemis Lyonnais et Stéphanois. Les premiers ont été contraints au nul à Angers et l'autre a perdu à Troyes. En se retrouvant au pied du podium, le grand club Nantais renoue avec les habitudes de son passé glorieux dont il s'était éloigné depuis 20 ans. C'était l'automne 2008 ou l'on réglait son paquet de clopes avec 10 balles. C'était le FC Nantes de Raynald Denoueix avec son capitaine gardien Landreau, son libéro Nestor Fabbri venu de la pampa, Sibierski, Da Rocha, Piocelle... qui avait terminé 7e.

Une fois encore, les Nantais, sauvés par l'arbitre qui a fait retirer un pénalty marqué puis manqué, n'ont pas été malheureux dans le final.

Ils ont ouvert le score dès la 3e par Emiliano Sala consécutivement à un beau mouvement collectif.

http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/resume-nantes-metz-video-but-sala-700x467.jpg

Après une récupération nantaise dans l'axe d'une relance Messine hasardeuse aux 20 mètres, Nakoulma transmet à Touré pour Sala qui lui remet. Ce dernier décale El Ghanassy qui s'enfonce dans la surface et centre. Sous la pression de la reprise de Thomasson, le gardien Messin renvoie désespérément sur Sala pour l'ouverture du score.
Le buteur nantais aura ensuite 3 occasions nettes (14', 39', 47') qu'il gâchera par manque d'application, ou d'implication, quand ce ne fût par empressement. Dubois 67' et Nakoulma 74' vendangeront eux aussi deux occasions trop nettes. Le dernier par son individualisme de plus en plus criard et insupportable.
Metz n'inquiètera Tatarusanu sur un seul tir cadré de Roux 44' et ne lui aura procuré qu'une seul frayeur sur une tête non cadrée de Nguette oublié aux 6 mètres à la 29e.

L'équipe de Raniéri pas habituée au départ canon a perdu ensuite un peu le pédales. Elle n'a pas conclu 2 occasions pour s'assurer une marge plus substantielle à la pause.

Dominatrice et maître du ballon elle va en plus se retrouver en supériorité numérique avec l'expulsion de Benoît Assou-Ekotto à la 52e. Elle ne va pas profiter de ceci en ayant pourtant 4 possibilités trop nettes d'augmenter le score.

Et dans les toutes dernières minutes de la rencontre, la rencontre va basculer. Comme en Lorraine au mois de Février dernier, menant aussi d'un but, la formation Ligérienne concédait un pénalty, au bout du temps additionnel, via une pourtant légère faute de Girotto sur Nguette (90' + 3). Nolan Roux transformait la sentence d'une frappe pure sur la droite de Tatarusanu pour un dénouement cruel.
Mais, Mr Hamel, annulait le but, sanctionnant l'entrée d'un mosellan dans la surface avant le tir du buteur. Mais cette fois ci, Nolan Roux appuyait bien plus son tir et transformait l'essai comme un rugbyman au dessus de la barre transversale. Il y avait pourtant tout autant qu'auparavant de Messins et de Nantais à se lancer à l'assaut du but. Mais sous le courroux de toute la délégation, joueurs et staff messins, le trop pointilleux Hamel ne fera pas retirer une troisième fois le coup de pied.

Le FC Nantes tenait son succès mérité, mais vraiment obtenu à l'arrache dans la douleur lors des ultimes instants de la partie.
Celui ci avait bien failli lui échapper faute de s'être mis à l'abri avant et surtout avec autant d'occasions si nettes.

________________________________________________________________________________________________________




 
Suggestions