Le PSG 2017 entre dans l'histoire de la Ligue des Champions par la grande porte...

 
0
 

Le Paris Saint Germain n'a toujours pas atteint une demi finale de Champions League, et l'échec de cette saison 2016/2017 restera comme son plus gros bide dans la compétition tant il avait mis haut la barre après le match aller.

Saison 2012/2013, avec Carlo Ancelotti à la barre, l'équipe parvient à se qualifier pour les quarts de finale de la Ligue des champions en terminant leader de son groupe A devant le FC Porto, le Dynamo Kiev et le Dinamo Zagreb.
Tête de série lors du tirage des huitièmes de finale avec sa première place, le PSG hérite d'une double confrontation contre le Valence CF, troisième lors championnat d'Espagne 2011-2012. Les joueurs de la capitale s'imposent 2/1 chez eux et réussissent le nul 1/1 en Espagne.
Ils échouent néanmoins en 1/4 face au FC Barcelone consécutivement à leurs 2 buts encaissés à domicile à l'issue de deux matchs nuls (2-2) au Parc des Princes, (1-1) au Camp Nou).

2013/2014, les partenaires de Thiago Silva s'octroient une nouvelle fois la première place de leur groupe C. Le club Grec de l' Olympiakos, le Benfica Lisbonne suivi du RSC Anderlecht sont leurs dauphins.
Les partenaires de Sirigu s'imposent sur 2 victoires face au Bayer Leverkusen en 1/8 de finale.
Ils sont une nouvelle fois battus au stade des quarts de finale de la Ligue des champions par Chelsea FC. Le but concédé au Parc malgré la victoire (3/1) sera éliminatoire suite au (0/2) Outre Manche.

2014/2015, avec Laurent Blanc pour sa seconde saison, malgré déjà une victoire sur le FC Barcelone (3-2) au Parc des Princes, suivi d'une défaite (1/3) en Espagne, le PSG termine second de sa poule F devant l'Ajax Amsterdam et l'APOEL Nicosie. L'équipe francilienne suite à son match nul (1/1) en Hollande n'est pas tête de série.
Elle hérite du Chelsea FC "un favori" en huitièmes de finale. Les partenaires de Thiago Silva partagent les points (1/1) au Parc, mais se qualifient (2/2) contre toute attente dans le temps additionnel à Stamford Bridge après un match haut en rebondissements.
La formation parisienne est cependant éliminée en quart de finale par le club barcelonais pour la troisième fois consécutive après deux défaites (1/3) au Parc et (0/2) au Nou Camp.

2015/2016, Le champion de France est devancé par le Réal Madrid dans son groupe A avec un nul (0/0) dans la corbeille et une défaite (0/1) chez les merengues. Le Chaktar Donetsk et les suédois de Malmoë sont ses poursuivants.
En 1/8 l'équipe de Zlatan Ibrahimovic retrouve le FC Chelsea. Le suédois et Cavani donnent un léger avantage à leurs couleurs puisque Obi Mikel a réduit le score. En Angleterre, Rabiot ouvre le score. Diégo Costa égalise. Ibrahimovic redonnera la victoire aux franciliens qui éliminent donc encore une fois les Blues dans leur propre stade pour participer à leur quatrième quarts de finale en quatre ans.
Manchester City se dresse face aux joueurs de Laurent Blanc. Zlatan manque un pénalty et 2 duels face à Joe Hart. Kevin De Bruyne ne tremble pas et ouvre le score. Zlatan retrouve des couleurs et égalise. Rabiot permet aux siens de reprendre l'avantage avant qu'Ibra peu en réussite ne trouve la barre. Le score de 2/1 en reste là, et ce sont les Mancuniens qui réalisent une très belle opération.
Le match retour a lieu à l'Etihad Stadium et c'est de Bruyne qui va qualifier les siens sur la plus petite marge (1/0).
Cette élimination en 1/4 toujours, face au club du cousin qatari sera la goutte d'eau de trop vécue comme une humiliation familiale pour le propriétaire qui licenciera Laurent Blanc à la fin de la saison.

2016/2017. Avec Unai Emery à sa tête le PSG termine second de son groupe A. Il est devancé par Arsenal. Ludogoret Razgrad (Bulgarie) et le FC Bâles le précèdent.
Le match nul (1/1) au Parc contre l'équipe de Wenger n'incite pas à l'optimiste. Mais les partenaires de Cavani vont réussir un (2/2) intéressant en Angleterre. Malheureusement un nouveau (2/2) dans la capitale face aux modestes bulgares les contraint à la seconde place. De ce fait ils vont d'abord recevoir avant de se déplacer. Pourtant lors du match aller, le PSG va écrire la plus belle page de son histoire qatarie.


Paris est magique… et a déjà un pied en quart de finale...

En effet dans le match aller de son 1/8 à domicile, le PSG va s’offre une soirée légendaire en surclassant sa bête noire le Barça, dans un Parc abasourdi par la prestation abouti de ses héros !
Di Maria d’un chef d’œuvre sur coup franc ouvre d’abord le bal (1-0) 18 minutes.
Draxler avant la pause sur un service en or de Verratti s’en va doubler la mise (2-0), 40ème.
Di Maria y va ensuite de son doublé sur un amour d’action en solo (3-0), 55ème.
Cavani en force ponctue un chef d’œuvre collectif (4-0), 71ème.
La qualif’ n’est certes pas encore en poche, mais les Parisiens sont en ballotage (très) favorable.


La vague blaugrana submerge le bloc sangermanois:

Les barcelonais à l'issue de leur incroyable revirement de situation.

http://irofoot.s3.amazonaws.com/images/photos/article/d-440977-vestiaire-barca-psg.jpg

Etrillé au Parc des Princes, démissionnaire à la fin de la saison, l’entraîneur barcelonais Luis Enrique avait exhorté ses supporteurs à faire du Camp Nou «une cocotte-minute». A croire que le technicien a été entendu. Dès l’entame de la partie, une vague déferle dans les travées vertigineuses de la monumentale enceinte.
Loin de jeter l’éponge, galvanisés par 90 000 supporteurs survoltés, les quintuples vainqueurs de la compétition (1992, 2006, 2009, 2011 et 2015) vont essorer la défense adverse au bord de la crise de nerfs.
Sous pression, les Parisiens cèdent dès la troisième minute de jeu, concédant un but à l’Uruguayen Luis Suarez.
Toujours sur le reculoire, à la 40ème Layvin Kurzawa inscrit un but contre son camp au creux d’un Camp Nou semblable à un volcan.
Au retour des vestiaires, le PSG prend une nouvelle fois la bourrasque barcelonaise de plein fouet. A la suite d’une faute de Thomas Meunier sur le Brésilien Neymar, l’arbitre de la rencontre désigne le point de penalty et le prodige argentin Lionel Messi ne se fait pas prier pour transformer la sentence (50e), renforçant les espoirs des socios survoltés. A 3/0 les mouches semblent changer d'ânes...


Le PSG renverse une situation très tendue.

On voit alors les dirigeants parisiens blêmir d’inquiétude en tribunes.
Mais au fil des minutes, la formation d’Unai Emery parvient à sortir de son camp, trouvant même le poteau par l’intermédiaire de son avant-centre Edinson Cavani (52ème).
La fine gâchette du PSG ne laisse pourtant pas manquer la nouvelle occasion qui se présente à lui. A la réception d’un ballon en hauteur dans la surface, le numéro 9 du PSG réduit la marque (62e) d’une frappe en force..
L'histoire du PSG semble bien être en marche.


Un match qui vire au cauchemar

Les Blaugranas doivent alors réaliser l’exploit d’inscrire trois buts pour se qualifier. La dernière demi-heure de la partie va pourtant sceller le crash du PSG. Battus dans les duels, les Parisiens reculent inexorablement. Et l’impensable arrive.
A la 88ème minute, Neymar se charge d’un coup franc placé à l’angle gauche de la surface du PSG. La frappe enroulée du Brésilien fait mouche. 4-1. Le Camp Nou rugit, hérissé d’étendards aux couleurs du Barça. Le match vire au cauchemar pour les protégés d’Unai Emery.
Le Brésilien Marquinhos commet une faute? sur Luis Suarez dans la surface de réparation. L’arbitre allemand Deniz Aytekin désigne à nouveau le point de penalty. Dans une ambiance indescriptible, Neymar le transforme en force. 5-1. Le long du terrain, les officiels de la rencontre indiquent les cinq minutes d’arrêts de jeu qu’il reste à disputer.
Les nerfs en capilotade, multipliant les fautes, les Parisiens peinent à dégager le ballon au loin. Tournant sur lui-même comme une toupie, Luis Enrique intime à son gardien, l’Allemand Marc-André Ter Stegen de quitter sa cage pour créer le danger dans la surface parisienne. Recroquevillés dans leurs 16 mètres, les quadruples champions de France en titre concèdent plusieurs coups francs périlleux tandis que les minutes s’égrènent.
Sur l’un d’eux, Neymar hérite d’un ballon dans la surface, pique sa passe en direction de Sergi Roberto. Ce dernier se mue en bourreau du PSG, lobant le gardien Kevin Trapp. 6-1. Aberrant, consternant, les mots sont faibles devant l'abattement parisien...


Que de regrets:

Le PSG, qui a pris le bouillon catalan jusqu'à l'heure de jeu, semblait pourtant avoir fait le plus dur lorsque Edinson Cavani a inscrit son but (62e). Ce but n'aura finalement servi à rien. Trois semaines après avoir réalisé l'un des plus gros exploits de son histoire, le PSG a certainement vécu, mercredi, l'un de ses pires cauchemars. Contrairement aux quatre dernières saisons éditions, le PSG ne verra pas les quarts de finale cette année.
Mais pourtant malgré une prestigieuse réputation, aujourd'hui, on ne peut plus tout à fait qualifier le Camp Nou de chaudron. La faute aux touristes japonais qui garnissent les travées et sont plus occupés à se prendre en photo qu'à chanter. Culturellement, il est d'usage d'apporter un poste de radio a stade pour mieux suivre ce qu'il se passe sur le terrain, surtout si on est placé en haut des vertigineuses tribunes. Le PSG y a cru pendant une heure.


Renversant, véritable catastrophe.

L'équipe de la capitale n’a pas réussi à dompter sa bête noire européenne, qui l’avait déjà éliminée en quarts de l’épreuve reine en 2013 et en 2015.
Cette saison, l’écurie parisienne rétrograde donc d’un rang : elle échoue à figurer pour la cinquième fois d’affilée dans le top 8 européen.
La charge émotive était trop lourde!
Une véritable catastrophe économique qui ne restera pas sans effets?
 
Suggestions